• « Regards »

A la demande de la Ville de Lyon, l’installation « Regards »
a été réalisée pour le 8 décembre 2015,en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.

Un grand merci à Gérard Collomb et Jean-François Zurawik.

Genèse du projet :
La femme de l’artiste

La femme de l’artiste

 

 

L’œuvre « La femme de l’artiste » de Oscar Zwinscher est le point de départ du projet.
Ce tableau, accroché au détour d’une salle d’une Pinacothèque de Munich, m’a interpellé par la puissance du regard.

 

 

 

 

Ainsi, sur ce panorama de Fourvière, ces regards deviennent les regards de la colline, scrutant les visiteurs. Le point culminant de la Basilique, visible de tous les arrondissements de Lyon, ouvre l’œil sur la ville.

Le choix du site est primordial :
Le public n’est pas massé sur une place pour attendre un spectacle. Il passe d’un lieu à l’autre (de Bellecour ou des Terreaux vers St Jean) et a donc tout le loisir d’échanger des regards avec la colline.
L’atmosphère est sereine, la Saône amène l’apaisement au milieu de la fête.

Les matières sont importantes :
• matière minérale des pierres de construction.
• matière végétales des arbres.
• matière liquide : l’eau de la rivière.
• immatérialité : le ciel sur lequel se détache la colline.
• Matière évoquée parles images : la peinture avec ses traces de pinceaux, ses craquelures du temps….

La basilique de Fourvière joue avec le visiteur.
Tantôt visible, tantôt cachée.
Puis elle s’offre au regard, point culminant de la colline, enchâssée dans son ombre.
Un regard se dessine sur elle, d’autres regards se révèlent sur les façades des quais de la Saône.
Le visiteur venu pour voir la colline est soudain vu par elle.
Au milliers d’yeux braqués sur ses flancs répondent des yeux émerveillés, curieux, amusés, hautains, humains, absents, acérés…..
Des yeux inventés par Botticelli, Warhol, de la Tour, Courbet, Matisse, Jawlensky…
Des siècles de peintres se répondent.
Des regards inventés par leur regard, leur main, leur pinceaux, se dessinent sur les façades des quais de Saône.

Qu’est-ce que « Regards » ?

• « Regards » est un jeu de devinettes : à qui sont ces yeux, que regardent-ils, quelle est leur expression, qui les a inventés, que nous racontent-ils ?
• « Regards » est la matière (peinture) qui exprime au mieux la lumière. Le moment où le matériel exprime l’immatériel. C’est cette touche de peinture blanche sur la pupille et qui donne la lumière et la vie au regard.
• « Regards » télescope les siècles et les genres : au regard de Modigliani peut répondre le regard de Dürer. Leur yeux se croisent, leurs yeux nous croisent, une histoire naît au hasard des rencontres entre peintres et visiteurs.
• « Regards » se voit différemment selon les lieux où l’on est. Un même composition amène une autre vision selon qu’on soit vers la passerelle du Palais de justice ou sur le pont Bonaparte. Le public n’est pas stationnaire, il prend le temps de s’imprégner des images le long des quais et des ponts.Les images se meuvent lentement, la lumière sur le jardin du Rosaire offre son écrin à la Basilique et caresse St Jean et le Palais, le public bouge.
• « Regards » se pose sur des points majeurs : le chevet de Fourvière, le chevet de St Jean, le Palais de Justice, la bibliothèque et la bâtiments entre St Jean et le Palais. C’est un immense panorama qui plonge et se mire dans les eaux de la Saône.La lumière vient enchâsser les bâtiments principaux comme des ponctuations amenant à ouvrir les yeux.
• « Regards » est une mise en abyme multiple où les yeux se croisent, se rencontrent, plongent les uns dans les autres, se démultiplient.

Presse :


 

 

Fête des lumières épurée à Lyon en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre – Euronews (en français)
 


Décembre à Lyon : un hommage lumineux pour les victimes des attentats – France 3 Rhône-Alpes

Les grands spectacles « son et lumière » ont été annulés en raison des mesures de sécurité après les attentats de Paris. Mais une seule installation est maintenue. « Regards » de Daniel Knipper éclairera la colline de Fourvière. Zoom sur les derniers préparatifs – reportage J.Sauvadon et A.Combes
 

 
« Regards » par Daniel Knipper à Lyon le 8 décembre en hommage aux victimes des attentats de Paris – France 3 Rhône-Alpes
Grande fresque à Lyon, rescapée de la Fête des lumières
Daniel Knipper, créateur de l’installation «Regards», une fresque composée de gros plans sur les yeux des personnages de tableaux de Maîtres. Cette installation, la seule conservée après l’annulation de la fête des lumières, est un hommage aux victimes des attentats du 13 novembre dernier.
Extrait Rhône-Alpes matin du 8 décembre 2015

 

 

•   « Fantaisies chromatiques »

« Fantaisie chromatiques » – 2014 – Place des Célestins

« Fantaisies chromatiques » est un jeu visuel et auditif où la place des Célestins vibre de couleurs, de mouvements, de formes lumineuses et d’ambiances sonores.

Le passant n’est plus face à un événement, il est dans le spectacle, à l’intérieur de la couleur, à l’intérieur de la lumière.
Il lui faut quitter son espace d’ombre de la rue et répondre à l’invitation de « monter sur les planches » de la place.
La lumière, grande metteuse en scène du spectacle, naît dans le théâtre et sort sur la place pour inonder le parvis, les arbres, les façades environnantes, les spectateurs.

 

Elle nous raconte le vie d’une place, avec ses bars, ses jeux d’enfants, son club de jazz, ses bagarres de rue, ses sirènes de police, ses orages, les rêves et les cauchemars de ses habitants …

 

 

Espace sonore: Francesco Rees
production: GL Events
régie générale: David Marze
régie lumière: Jérôme Wareshagin

 

 

•   « Rencontres »

Dans la nuit du 5 décembre, un objet mystérieux est apparu au centre de la place Saint Jean.
Un monolithe venu du fond des âges ou du fond de l’espace s’est posé à la place de la fontaine….

« Rencontre » – 2013 – Place Saint Jean

A la nuit tombée, le monolithe commence à s’éclairer. Sa lumière touche les façades de la place qui sortent de l’ombre.

Cette lumière irradie vers la place, les murs se colorent, les fenêtres s’allument, la cathédrale prend vie avec les façades des maisons. La place se met à bouger, à attirer les passants.
Elle devient espace de vie, mais aussi espace de transition et de rencontres entre plusieurs mondes : le monde du quartier Saint Jean, le monde du quartier Saint Georges, le monde de la colline de Fourvières, et le monde d’au delà de la Saône.

Elle devient un espace de passage, un sas où chacun peut choisir sa route.

Comme le monolithe donne sa lumière aux façades, les façades donnent leur lumière au public, transformant la place en un grand espace de rencontres.

Le passant devient invité, mais pas spectateur : il n’est plus face à un spectacle, il est dans le spectacle, dans la lumière.

Des ambiances, bribes de musiques, échos des mondes environnants viennent accompagner le visiteur, et peut-êtrel’amener à choisir son passage vers un autre lieu. Ces sons se font discrets, afin de se mêler aux paroles, ne pas couvrir les conversations mais peut-être les inciter. Ces sons, venant des quatre coins de la place, sont témoins des quatre mondes environnants : la colline religieuse, le quartier St Jean animé, le quartier St Georges paisible, et Lyon la moderne.

 

« Rencontres » n’est pas un spectacle.
C’est la révélation d’un lieu que tout Lyonnais connaît sans l’avoir vraiment vu.

« Rencontres » sert à ouvrir les yeux sur notre espace quotidien,
à le rendre visible, à nous rendre maître de notre environnement.

« Rencontres » est original dans le sens où le regard n’est plus axé sur la cathédrale :
toute la place vit à 360°, sans qu’à aucun moment le passant ne soit plongé dans le noir.

« Rencontres » remet la place Saint Jean au centre de Lyon : place de retrouvailles, place de vie, place de promenade, place des fêtes, espace poétique.

 


3 – RENCONTRES Cathédrale et place Saint-Jean… par france3rhonealpes

 

 

 

•   « Et Si …? »

« Et si …? » – 2012

en collaboration avec la société Pani (directeur : Georg Reisch)

 

•        Pouvez vous nous présenter Et si ? ?

« Et si…? » est un projet festif autour de la couleur: et si la Saône sortait de son lit pour laver toutes les façades et les transformer en une immense toile blanche. Et si des artistes venaient rêver des explosions de couleurs sur cette toile? De la préhistoire à notre époque, on pourrait imaginer des fresques composées par des peintres rupestres ou des inspirations de peintres contemporains qui mêleraient les couleurs en fête à la fête des lumières….

 

•          Quelle est la première source d’inspiration pour Et si ?  ?

La première source d’inspiration est peut-être ma rencontre, il y a une trentaine d’années, avec Henri Alekan (chef opérateur notamment de « La Belle et la Bête » de Jean Cocteau, pour sa manière de lire la peinture en rapport avec la lumière. Mais c’est aussi simplement ces quais de Saône, le fleuve, l’entrée vers le vieux Lyon….

 

•         Vous avez travaillé jusqu’ici sur des façades du Conseil Général, de la Cathédrale Saint-Jean, de l’église Saint-Nizier, comment appréhende t’on un terrain de jeu aussi vaste que les berges de Saône ?

C’est notre position en temps que spectateur qui m’intéresse. Dans d’autres lieux, le public est stationnaire et les images bougent. Ici, le public bouge (400m de quais ainsi que le pont Bonaparte) et l’image est fixe, donc peut être vue selon différents angles. De plus, les surfaces de projections sont éloignées du public, donc on peut jouer à la fois sur un regard « grand angle » et un regard « téléobjectif ». Les contraintes du lieu (impossible de travailler en proximité car le quai est ouvert à la circulation) deviennent des opportunités.

 

•          Quel est le lien entre les différentes installations que vous avez proposées lors de la Fête des Lumières ? 

Le titre de mon premier spectacle (sur l’église Saint Nizier) était: « Le regard suspendu ». C’est un peu le lien entre mes différentes installations: changer le regard des gens, leur faire ressentir leur environnement, les étonner, leur faire ouvrir les yeux…

 

•          Que souhaitez-vous offrir aux Lyonnais avec Et si ? ? Qu’aimeriez-vous qu’ils en gardent ?

Je voudrais leur offrir un moment de promenade ludique et festive, un moment privilégié dans cette fête où beaucoup de monde se croise dans un espace qui invite au rêve de la lumière de la couleur et des sons de la ville.
J’aimerai que mes spectateurs nocturnes deviennent spectateurs diurnes, que le lendemain ils s’arrêtent en plein jour pour regarder ces lieux à la fois connus et méconnus….

 

+ un article chez GL Events:
 http://www.gl-events.com/gl-events-audiovisual-illumine-la-fete-des-lumieres-1

 

 

•   « Le Chant de la pierre »

« Le Chant de la Pierre » – 2011

•   Hôtel du Département

Hôtel du Département – 2010

 

 

 •   Conseil Général

Conseil Général – 2009

 

 

•   « Le regard suspendu »

« Le regard suspendu » – 2008

 


Coup d’envoi de la fête des lumières à Lyon par TLM

 

 

•   Eglise Saint Nizier

Eglise Saint Nizier – 2006

 

 

•   Cathédrale Saint Jean

Cathédrale Saint Jean – 2005